L'enfant: Développement Culturel et Spirituel

La question du développement de l’être est importante dans le sens ou toutes ses dimensions doivent être considérées.

Inter-European March 11, 2021

Dans le contexte familial, la culture joue un rôle important dans la façon dont les enfants interprètent le monde. En d’autres termes, ce que nos enfants deviennent ou les décisions (bonnes ou mauvaises) qu’ils prennent une fois qu’ils sont adultes ont beaucoup à voir avec notre culture familiale. Plusieurs études font constater que les enfants grandissants dans les foyers difficiles ont plus de chances de reproduire ce qu’ils ont vécu. De même, les enfants vivants dans les familles harmonieuses développent un sens de valeurs familiales plus poussées. Les histoires telle que la petite fille esclave en Syrie (2 Rois 5), Esther (Esther 2) chez Assuérus, Samuel chez Eli (1 Samuel 2, 3), ou encore Daniel a Babylone (Daniel 7) nous montre à suffisance les effets d’une culture familiale robuste sur l’enfant. 

Mais comment développer une culture familiale ? En effet comme dans le cas d’une entreprise, la famille doit développer une manière de fonctionner et s’y attacher. Tout dysfonctionnement circonstanciel ou permanent de la dynamique familiale entraînerait un mal à la culture familiale.  Mais avant de tomber de plein fouet dans le sujet, faisons un petit tour sur la question de l’aspect spirituel de l’être. 

L’Homme Spirituel

Selon la Bible dans 1 Corinthiens 2 : 11-16, l’esprit a 2 natures : La nature animale (que nous héritons du péché) et la nature  divine (que nous héritons de Dieu). Tout enfant donc par sa naissance hérite de la nature animale (égoïste, égocentriste), et doit être conduit vers la nature spirituelle (autrui centriste). La Bible nous dit donc que c’est le dernier qui est capable de juger car il partage la pensée de Dieu (1 Corinthiens 2:15-16).  

Comment donc par son vécu arriver à amener l’enfant a la stature d’homme spirituel ? En choisissant scrupuleusement ses expériences. Car comme le corps, l’âme, et l’esprit son inter relié, ce à quoi nous exposons le corps de l’enfant, influe sur ses pensées, et peut donc davantage corrompre son esprit ou le garder dans la pureté. Le maintien d’une bonne culture familiale est donc très essentiel pour amener l’enfant  au statut d’homme spirituel. La question demeure donc, comment développer une culture familiale qui impactera le développement spirituel de l’enfant ?

Développer une culture familiale pour un développement spirituel adéquat

  1. Trouver les valeurs qui vous définissent

En tant que chrétien, il y a plusieurs textes qui nous instruisent sur la devise de nos familles. (Matthieu 6 :33Matthieu 7 :12; Luc 6 :31; Jean 13:34; Romains 12 :1-2; 1 Corinthiens 16 :14; Colossiens 3 : 23

Ces devises doivent être récité par les membres des familles et faire partie entière de votre façon de fonctionner. Toutes les activités, les expériences quotidiennes doivent être déterminées sur la base de ce en quoi croit la famille. Rien ne doit être pris à la légère. Les moments de loisirs et de recréation  doivent être choisis avec beaucoup de soin par la mère qui est le moteur de la bonne dynamique familiale. Elle devra donc choisir les activités familiales de manière hebdomadaire, mensuelle ou annuelle. 

  1. Ces valeurs doivent être exprimées dans la maison

Il n’est pas interdit que lors de nos décorations nous affichions des textes bibliques à des endroits stratégiques de la maison. La Bible nous l’enseigne d’ailleurs  “Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes” (Deutéronome 6 :7-9). De plus, la maison doit être bien éclairée, bien lumineuse, très propre, et bien décorée (pas besoin de gros moyens pour cela).  L’ambiance interne et extérieur de la maison doit reproduire ce en quoi nous croyons. ‬Si nous voulons passer des valeurs à nos enfants, leur environnement physique le plus proche doit être empreint de ses valeurs. ‬‬

  1. Il faut se connaître, s’accepter, et s’encourager

Tout comme les époux, les enfants sont aussi différents. Il n’y a donc pas toujours une éducation standard pour tous les enfants. Il est important pour la famille d’échanger habituellement, de discuter des situations/problèmes lorsqu’elles/ils arrivent, d’apprendre à faire des reproches avec amour, et surtout faire beaucoup de compliments aux uns et aux autres.  Les relations familiales doivent donc être authentiques (1 Jean 1 :3). White (n.d.) nous conseille « Louez vos enfants toutes les fois que vous en avez l’occasion. Rendez leur vie aussi agréable que possible. […] Adoucissez leur cœur par la manifestation de l’amour et de l’affection afin de les préparer pour la semence de la vérité. […] L’Éternel ne donne pas seulement à la terre les nuages et la pluie mais il envoie aussi le sourire resplendissant du soleil pour faire germer les graines et pour hâter l’éclosion des fleurs . Un regard approbateur, une parole encourageante, un éloge réchauffera leur cœur comme un rayon de soleil et suffira pour les rendre heureux toute la journée » (p.183). N’ayez pas un langage trop dur. Des paroles trop dures surtout lorsqu’elles sont mal placées font beaucoup plus de mal que de bien et parfois pousse l’enfant à la révolte. La mère doit être une bonne courroie de transmission entre le père et les enfants. 

  1. Ne recrutez aucune personne si ce n’est la volonté de Dieu et d’un commun accord

La dynamique familiale est souvent brisée si à long terme on s’ajoute un fardeau sans en avoir pesé le pour et le contre. Dieu nous demande d’exercer l’hospitalité (1 Pierre 4 :9, Hébreux 13 :2, Romains 12 :13) mais pas au détriment de nos familles (1 Timothée 5 : 8). En d’autres termes s’il s’avère que quelqu’un qu’on héberge a une mauvaise influence sur les enfants/ou sur l’un des conjoints on ne devrait pas le garder plus longtemps. Un mauvais climat à la maison entretenu pendant longtemps laisse souvent des blessures que l’on ne saurait imaginer chez les enfants. Il faut donc agir prudemment en acceptant les gens à la maison et réagir promptement une fois que l’on se rend compte que l’invité brise la dynamique familiale. 

  1. Le père de famille doit être un exemple et la mère  un idéal

“Le père doit être un modèle en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté” (1 Timothée 4:12). Il doit donc dans son travail, dans ses relations avec ses collègues, avec les membres de quelques associations où il serait, montrer une conduite intègre. Il doit aussi traiter son épouse avec respect et prêcher ainsi par l’exemple. Il ne doit certainement pas penser qu’alors qu’il est chef de famille, il peut se permettre d’avoir des égarements, car même lorsqu’il penserait que cela est secret, cela affecterait les enfants d’une façon ou d’une autre.  ‬‬

Le conseil de 1 Timothée 4 :12 est aussi valable pour la mère.  Elle doit alors être la femme que ses filles aspireraient être et l’épouse que ses fils aimeraient avoir. Elle doit donc être admirée dans sa maison et faire la fierté de son époux en dehors (Proverbes 31). ‬Elle ne doit certainement pas laisser le poids de la vie lui peser. 

  1. Chacun doit jouer son rôle

Il ne doit pas exister un esprit de compétition encore moins de jalousie dans la maison. Les parents ne doivent absolument pas avoir l’attitude de Isaac et Rebecca (Genèse 25 :28). Même lorsque l’on aurait dans la maison des « enfants d’autrui, » on devrait donner le même amour sans distinction aucune car l’éducation de nos propres enfants en dépend. Les responsabilités et les taches ménagères doivent être reparties selon les âges, les talents, et les dons spirituels de chacun parmi les enfants. L’on ne devrait absolument pas donner des tâches ménagères les plus pénibles à un tel parce qu’il est l’enfant d’une autre. 

Le père et la mère doivent accomplir leur rôle de la meilleure des manières car c’est là encore des entraves à l’éducation s’ils ne font pas ce qu’ils font avec diligence. Dès l’enfance, l’enfant doit comprendre l’importance du travail, non pas seulement comme un gagne-pain (Ecclésiaste 6 :7 ; Genèse 3 :19), mais comme une source de plaisir (Deutéronome 30 :3, Ecclésiaste 2 :10) et une façon de perfectionner son caractère. 

  1. L’évolution spirituelle de chacun des membres de la famille doit être surveillée de très près.  

Ceux qui se réclament du nom du Christ ne doivent pas négliger d’établir un autel de famille, où ils pourront jour après jour venir chercher Dieu avec une ferveur semblable à celle qu’ils témoigneraient au sein d’une assemblée religieuse [80]. – {AD 36.2}

À cet égard, nous pouvons apprendre de précieuses leçons en étudiant la vie et le caractère de Timothée. Ce jeune homme avait été versé dans l’étude de la Bible depuis sa plus tendre enfance. La religion était son atmosphère familiale. Cette religion était […] pure, raisonnable et dépouillée de tous faux sentiments. – {AD 36.3}

Le père doit être le leader spirituel de la maison, c’est a dire c’est lui qui doit fournir le matériel adéquat pour la croissance spirituelle de chacun des membres de la famille. Si il ne peut pas le faire il devrait approcher un leader spirituel qui le guidera dans la lourde tâche de faire des plans d’étude biblique, de lecture de la bible/d’ouvrages spirituels selon les âges, et les niveaux de compréhension de chacun. Il doit aussi s’assurer de bénir ou de faire bénir ses enfants de manière de manière annuelle.  

La mère en bonne assistante doit veiller à ce que tous les programmes soient suivis. Elle doit aussi observer l’évolution des enfants (la rétention et la mise en pratique des enseignements) et informer le père sur toute autre nouvelle réalité. Le père à son tour ajustera donc le programme d’un enfant ou d’un autre. 

Le père et la mère ne doivent cependant pas rester statiques dans leurs marches divines. Ils doivent aspirer à la perfection. Jacques 1:4‬ et 1 Pierre 1 :15  nous instruisent sur l’attitude de noblesse que les parents devraient avoir par rapport a leur aspiration spirituelle. “Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.” « “Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint.”‬ Ce n’est qu’en aspirant à l’idéal que les parents peuvent communiquer la même aspiration a leurs enfants. ‬‬

Comment pouvons-nous, comme éducateurs, aider et encourager les parents à développer la vie spirituelle de leurs enfants?

Author

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *